Visite à Mumia Abu Jamal

, par admin

Visite à Mumia Abu Jamal

Du 17 au 20 février 2011

Rencontres à New York

Comme régulièrement depuis quelques années, je me suis rendue à la prison fédérale de Waynesburgh où Mumia Abu Jamal est incarcéré.

En décembre 2011, il y aura 30 ans que Mumia est enfermé dans le couloir de la mort pour un crime qu’il nie avoir commis.

Lors de l’audience de novembre dernier, les juges auraient dû trancher entre la condamnation à mort immédiate et la sélection d’un nouveau jury qui statuerait entre peine capitale ou emprisonnement à vie. Dans les deux cas Mumia serait condamné à mourir en prison. Ils ont remis leur décision à plus tard.
Pour autant, le fond de l’affaire n’est toujours interrogé, entre autres le fait que Mumia n’a pas eu droit à un procès juste et équitable et que plusieurs procédures sont le signe manifeste d’un déni de droit dont est majoritairement victime la population afro-américaine.

Mumia a dû mettre fin à l’assistance légale de Robert Bryan et est aujourd’hui assisté par le Fonds de défense légale de l’Association pour la promotion des gens de couleur -NAACP-. Pour les nouveaux défenseurs de Mumia l’important, avec ce cas, est de démontrer et de dénoncer les graves violations qui l’ont entaché et d’assurer « la population de couleur » que la justice est la même pour l’ensemble des condamnés dans les cours de Pennsylvanie.

Le plus important est tout d’abord de réussir à éloigner la condamnation à mort.

Ensuite, l’équipe reprendra point par point l’ensemble des éléments qui demandent à être re-interrogés parce ce qu’ils sont entachés de nombreuses irrégularités.

Avant de partir à Pittsburgh, le comité new yorkais de soutien à Mumia a organisé une réunion à laquelle ont participé plus de 20 personnes. Ambiance amicale et solidaire. Tous les membres sont très reconnaissants de l’investissement français des soutiens à Mumia et toujours très admiratifs de la ville de Saint-Denis qui a refusé de plier devant les pressions.

Deux autres rencontre ont eu lieu, l’une avec l’Association caraïbééne de Philosophie avec laquelle la Fondation Frantz Fanon travaille régulièrement. L’ACP qui va organiser son prochain congrès international en septembre à l’Université Rutgers dans le New Jersey, la réflexion à laquelle participera la Fondation FF portera sur le rôle de l’Université et de l’éducation publique dans la transformation sociale ; l’autre a permis d’avoir un entretien prolongé avec Malaak Shabazz, une des plus jeunes filles de Malcom X qui s’occupe du Centre Malcom X où sera organisée une soirée pour le cinquantième anniversaire de la mort de Frantz Fanon. Cette organisation travaille aussi avec la Fondation FF.

Visite à Mumia

L’arrivée à la prison de Waynesburg, comme à chaque fois, suscite colère et stress. Les conditions de sécurité sont poussées à un tel niveau que l’on se demande s’il est encore possible de respirer normalement.

Longue attente, recherche de drogue sur les mains et les vêtements, longs couloirs à parcourir.... Enfin, nous arrivons et pour une fois nous avons droit au boxe 18 qui est un des plus « spacieux ». Mumia nous y attend.

Les premiers échanges sont chaleureux. L’aurions nous seulement quitté hier soir, comme un ami avec qui nous aurions passé la soirée ? Il a cette force incroyable de pouvoir annuler la vitre épaisse qui nous sépare, la couleur bleu sale des murs, la combinaison orange, l’obligation de hausser la voix pour s’entendre...

Non, il n’est pas très optimiste sur la décision des trois juges...

Oui, il suit avec passion le désir d’échapper enfin à la dictature, à la violence des pouvoirs hérités de la colonisation de ces millions de personnes qui viennent de se lever.

Nous allons, pendant trois heures, échanger sur la situation politique actuelle, sur l’impact du forum mondial social qui vient de se terminer à Dakar, sur les conditions politiques et philosophiques qui pourraient permettre la création d’une forme politique rassemblant largement....

Et bien sûr, il est très intéressé à avoir des éléments de réflexion sur ce qui se passe en France tant au niveau économique, politique, social que sur les politiques répressives qui touchent nombre de citoyens, mais aussi sur ce qui se passe à Saint-Denis.

Il est ravi d’apprendre que le 5ème anniversaire de sa rue sera fêté et que certains de ses soutiens américains pourront y participer.

Avant de nous quitter, Mumia souligne l’importance de lire, de faire lire et relire Frantz Fanon au regard de la pertinence de ses analyses aussi bien au niveau de l’appréhension du phénomène raciste, même si certaines formes sont renouvelées, mais aussi de ses réflexions et de son travail sur l’articulation de l’aliénation avec la domination, particulièrement en ce temps de violence globalisée, même si il y a des variations.

Il faut nous quitter. Comme à chaque fois, la fin de la visite est difficile. Laisser un ami dans cet endroit est dur. Nous re parcourons les longs couloirs, sans un mot, récupérons nos affaires et ce n’est que lorsque les barbelés se font invisibles dans les rétroviseurs que nous parlons !

Mireille Fanon Mendès France

pour la Fondation Frantz Fanon