Prisonniers politiques palestiniens, vers la CPI ? L’urgence d’agir / Palestinian Political Prisoners, Towards the ICC ? : The Urgency of Action

Par Mireille fanon Mendes France
Pour la Fondation Frantz Fanon

ENGLISH VERSION BELOW

Depuis presqu’un mois, les prisonniers politiques palestiniens ont décidé d’une grève de la faim. Au 25me jour de cette grève, certains d’entre eux sont dans une situation critique, d’autres ont été transférés de force dans des hôpitaux israéliens. La vie de tous est en danger. En très grand danger ! Il est fort à parier que telle Thatcher avec les militants de l’IRA, le gouvernement israélien ne cédera rien.

Si les uns et les autres ont décidé de mettre leur vie en péril c’est pour ne plus se heurter à la violation quotidienne de leurs droits, de l’ensemble de leurs droits, en tant que prisonniers et en tant que Palestiniens. On ne doit jamais oublier le contexte de l’occupation illégale qu’ils subissent et le fait qu’ils font face à un occupant qui refuse de se soumettre aux normes impératives du droit humanitaire international et du droit international.

Occupant qui viole ses obligations à l’égard de la population civile et des personnes détenues, avec ou sans procès, avec ou sans preuve, jugées par des tribunaux militaires alors qu’il s’agit de personnes civiles ou arrêtées sur des présomptions au prétexte de lutter contre le terrorisme ? La grande majorité d’entre elles sont transférées en territoire israélien, ce qui constitue une violation grave de l’article 49 [1] de la Convention de Genève. Occupant qui fait subir torture, traitements dégradants et humiliants dénoncés comme crimes de guerre dans le statut de Rome. [2]

Voilà comment la logique de la lutte contre le terrorisme est venue presque à bout d’un combat armé international légitime contre la colonisation, l’apartheid et l’occupation. Tous ces actes graves sont commis d’autant plus facilement que la communauté internationale a oublié les droits inaliénables du peuple palestinien à l’autodétermination, à la souveraineté et au retour et a abandonné ce peuple alors que le conflit armé continue de plus belle. Communauté internationale qui a oublié qu’elle doit respecter et faire respecter la 4me Convention de Genève, ainsi que l’a rappelé la cour internationale de justice dans son avis [3] sur la construction illégale du mur.

Il faut, à propos de cette grève, repréciser le contexte dans lequel elle se déroule : à savoir que l’occupation est le résultat d’un conflit armé international. D’après l’article 2-1 de la Convention, « (celle-ci) s’appliquera en cas de guerre déclarée ou de tout autre conflit armé surgissant entre deux ou plusieurs des Hautes Parties contractantes, même si l’état de guerre n’est pas reconnu par l’une d’elle ».

Face à ces violations systématiques des normes impératives et avant qu’il ne soit trop tard, les prisonniers palestiniens en grève et leur famille pourraient déposer plainte auprès de la CPI, (d’autant que depuis 2012, la Palestine a reconnu le statut de Rome) pour tortures, traitement dégradant, transfert forcé, refus du droit à la défense, procès non équitable, civils jugés par des courts militaires, politiques d’apartheid : autant d’obligations auxquelles sont tenus tous les Etats, y compris l’Etat d’Israël.

N’oublions pas que cet Etat n’est peut-être pas partie aux Protocoles additionnels de 1977 mais il est lié par le règlement de La Haye [4], les Pactes internationaux de 1966 et surtout pour avoir adhéré, le 6 janvier 1952, à la Quatrième Convention de Genève de 1949 [5]. Si les 1 600 prisonniers politiques se décidaient à introduire une plainte auprès de la procureur de la CPI, il est fort à parier que l’Etat israélien se retranchera derrière le fait qu’il ne reconnaît pas les normes du droit humanitaire puisqu’il ne les considère comme partie intégrante de son droit coutumier mais il pourrait lui être objecté que lors du transfert de la famille Ajuri de Cisjordanie à Gaza, la cour suprême d’Israël avait reconnu [6] l’applicabilité de l’article 78 [7] de cette 4me Convention…


Palestinian Political Prisoners, Towards the ICC ? : The Urgency of Action

Saturday 13 May 2017

For almost a month, Palestinian political prisoners have shown great determination in carrying out a hunger strike. On the 25th day of the strike, some of them are in a critical situation, and some have been forcibly transferred to Israeli hospitals. All of their lives are in danger. In very great danger ! It is a safe bet that just as Thatcher did with the IRA hunger striking activists, the Israeli government might not concede a thing.

If these political prisoners have decided to put their lives in jeopardy, it is so that they will no longer be faced with the daily violation of their rights, of all their rights, as prisoners and as Palestinians. One must never forget the context of the illegal occupation they are suffering and the fact that they face an occupier who refuses to submit to the mandatory and basic norms of international humanitarian law and international law.

What can we say about an occupier that violates its obligations to the civilian population and detainees, with or without trials, with or without evidence, tried in military courts in the case of civilian persons or arrested on presumptions on the pretext of fighting terrorism ? The vast majority of the people are being transferred to Israeli territory, which constitutes a serious violation of article 49 [1] of the Geneva Convention. This is an occupier who subjects people to torture and other degrading and humiliating treatment, which are denounced as war crimes in the Rome Statute. [2]

This is how the logic of the “war on terror” operates on the heels of a legitimate international resistance to colonialism, apartheid and occupation. All these serious acts against Palestinians are committed even more easily because the international community has forgotten the inalienable rights of the Palestinian people to self-determination, sovereignty and return ; it has abandoned the people, as unilateral armed conflict, continues. The international community has forgotten that it must respect and ensure respect for the Fourth Geneva Convention, as the International Court of Justice pointed out in its opinion [3] on the illegal construction of the wall.

In connection with this hunger strike, it is necessary to recall the precise context in which it takes place : namely, that occupation is the result of an international armed conflict. According to Article 2 (1) of the Convention, "(the latter) shall apply in case of declared war or other armed conflict arising between two or more of the High Contracting Parties, even if the state of war is not recognized by one of them."

Faced with these systematic violations of mandatory norms and before it is too late, Palestinian prisoners on hunger strike and their families could lodge a complaint with the International Criminal Court (ICC) especially since Palestine has signed the Rome Staute since 2012. They could include in their complaint acts of torture, degrading treatment, forcible transfer, denial of the right to defense, unfair trials, civilians tried by military courts, and apartheid policies. All States are legally bound not to violate such obligations, including the State of Israel, a signatory to the 4th Geneva Conventions.

Let us not forget that, though Israel may not be a party to the Additional Protocols of 1977, it is bound by The Hague Regulations, [4] the International Covenants of 1966, and especially for having adhered to the Fourth Geneva Convention of 1949 on 6 January 1952 [5]. If the 1,600 political prisoners decided to lodge a complaint with the ICC prosecutor, the Israeli State would likely hide behind the fact that it does not recognize the norms of humanitarian law since it does not consider them to be an integral part of Israeli customary law. But it could be objected that at the time of the transfer of the Ajuri family from the West Bank to Gaza the Supreme Court of Israel had recognized [6] the applicability of Article 78 [7], of this Fourth Convention ...

Notes

[1] "Mass or individual forced transfers and the deportation of protected persons from the occupied territory to the territory of the occupying Power or to any other State, whether occupied or not, are prohibited regardless of the reason."

[2] Article 8

[3] ICJ, Legal Consequences of the Construction of a Wall in the Occupied Palestinian Territory, Advisory Opinion, 19 July 2004.

[4] Concerning the laws and customs of war annexed to The Hague Convention of 18 October 1907

[5] 1949

[6] Supreme Court of Israel, September 3, 2002, Aff. Ajuri

7] Article 78, on INTERNATIONAL SAFETY MEASURES AND FORCED RESIDENCE. -

RIGHTS OF APPEAL, should be read in conjunction with articles 41 and 42 on the internment and forced residence of protected persons in the territory of a Party to the conflict. All these provisions stem from the general reservation regarding the legitimacy of "control or security measures which will be necessary as a result of war" (Article 27 (4)). In the occupied territories, the internment of protected persons must be even more exceptional than in the territory of the Parties to the conflict, as the concept of nationality plays no role. This is why article 78 speaks of imperative security reasons ; it cannot be a question of collective measures, but rather only of individual decisions. Paragraph 1. - Forced residence. - Internment.

Unlike the previous articles, article 78 concerns persons who are not guilty of any offense against the legal provisions established by the occupier. The occupier may, however, for other reasons, consider such persons to be dangerous for the occupier’s safety and is thereby entitled to restrict their freedom of action.

The security measures in question here are "forced confinement in residence" and "internment," which have already been examined in detail during the consideration of Articles 41 and 42. It is simply noted here that, in the case of an occupied territory, protected persons who are interned are entitled to benefit from article 49 and for this reason cannot be deported. Internment or forced confinement in residence must therefore take place in the occupied country itself. In any case, these measures can only be used for real and compelling reasons of security ; they must remain exceptional. Geneva Convention (IV) Relative to the Protection of Civilian Persons in Times of War, 12 August 1949, COMMENTARY 1958.

Notes

[1« Les transferts forcés, en masse ou individuels, ainsi que les déportations de personnes protégées hors du territoire occupé dans le territoire de la Puissance occupante ou dans celui de tout autre État,
occupé ou non, sont interdits, quel qu’en soit le motif »

[2Article 8

[3CIJ, Conséquences juridiques de l’édification d’un mur dans le territoire palestinien occupé, Avis consultatif, 19 juillet 2004.

[4Concernant les lois et coutumes de la guerre annexé à la Convention de La Haye du 18 octobre 1907

[51949

[6Cour Suprême d’Israël, 3 septembre 2002, Aff. Ajuri

[7L’article 78, sur des MESURES DE SECURITE INTERNEMENT ET RESIDENCE FORCEE. -
DROIT D’APPEL, est à rapprocher des articles 41 et 42 relatifs à l’internement et à la résidence forcée de personnes protégées se trouvant sur le territoire d’une Partie au conflit. Toutes ces dispositions découlent de la réserve générale visant la légitimité des « mesures de contrôle ou de sécurité, qui seront nécessaires du fait de la guerre » (art. 27, al. 4 ). Dans les territoires occupés, l’internement de personnes protégées devra être encore plus exceptionnel que sur le territoire des Parties au conflit, car la notion de nationalité ne joue aucun rôle. C’est pourquoi l’article 78 parle d’impérieuses raisons de sécurité ; il ne saurait s’agir de mesures collectives, mais uniquement de décisions individuelles. Alinéa premier. - Résidence forcée. – Internement.
A la différence des articles précédents, l’article 78 concerne des personnes qui ne sont coupables d’aucune infraction aux dispositions pénales établies par l’occupant. Ce dernier, pour des raisons qui lui sont propres, peut toutefois les considérer comme dangereuses pour sa sécurité et a le droit, en conséquence, de restreindre leur liberté d’action.

Les mesures de sûreté envisagées ici sont la « résidence forcée » et « l’internement », déjà examinées en détail lors de l’étude des articles 41 et 42 . On notera simplement ici que, s’agissant d’un territoire occupé, les personnes protégées internées bénéficient de l’article 49 et ne peuvent, en conséquence, être déportées ; l’internement ou la mise en résidence forcée doit donc avoir lieu dans le pays occupé lui-même. De toute façon, ces mesures ne peuvent être ordonnées que pour de réelles et impérieuses raisons de sécurité ; elles doivent garder un caractère exceptionnel. Convention (IV) de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre, 12 août 1949., COMMENTAIRE OF 1958 ;