La Fondation Frantz Fanon réagit aux propos inadmissibles de la ministre chargée de l’Enfance, de la Famille et des Droits des femmes

La Fondation Frantz Fanon dénonce les propos de Madame Rossignol, ministre de la République, chargée de l’Enfance, de la Famille et des Droits des femmes qui, reçue par Jean jacques Bourdin lors de sa matinale sur RMC, a répondu à ce dernier, qui lui opposait que certaines femmes se voilent par choix « mais bien sûr il y a des femmes qui choisissent, il y a des nègres américains qui étaient pour l’esclavage ». Il doit être noté que cette ministre, sans aucune retenue, emploie le terme « nègre » dans son aspect péjoratif. Loin du sens archétypal que lui donnait Frantz Fanon, qui, lorsque parlant du nègre, il parlait de l’homme noir dans son statut de colonisé.

Au delà de la méconnaissance historique que fut le phénomène unique de la mise en esclavage aussi bien par le nombre de siècles, que par le nombre de femmes, d’enfants et d’hommes arrachés à leur continent et que par le nombre de continents impliqués, la ministre de la famille non seulement stigmatise les femmes musulmanes, mais aussi commet un amalgame impardonnable et surtout assume une réécriture de l’histoire qui n’est ni plus ni moins que du négationnisme. C’est ainsi que se dévoile l’impensé raciste. ​

Lorsque l’on est incapable de porter les valeurs de la république, entre autres celles concernant la non-discrimination avec son corollaire l’égalité, il est préférable de démissionner. Quelle famille, quels enfants, quelles femmes, cette ministre peut elle dès lors prétendre représenter ? Ni les personnes de religion musulmane dont elle a une représentation parfaitement discriminante, négative et instrumentalisante, ni les Afro-descendants qu’elle stigmatise par des stéréotypes inadmissibles et par une affirmation qui revient à dire que, parmi les « nègres » mis en esclavage, certains d’entre eux, et spécialement les « nègres américains », étaient d’accord avec cet asservissement, qui a constitué le plus grand crime contre l’humanité.

Cette affirmation traduit une idéologie antidémocratique et racialement orientée qui admet que les sociétés occidentales se sont construites sur un mensonge assumant la hiérarchie des races et des cultures. Mensonge dont les conséquences se font encore sentir aujourd’hui et dont ces mêmes sociétés ne se sont pas toujours pas débarrassées. Madame Rossignol en est une parfaite illustration.