Le massacre abject de milliers de personnes le 8 mai 1945 en Algérie est un crime imprescriptible contre l’humanité. Le jour même de la victoire sur le nazisme, les troupes coloniales ouvraient le feu sur des populations sans défense, sans un mot de condamnation de ceux qui représentaient la Résistance contre l’Hitlérisme. Ce carnage ne peut être passé par le compte pertes et profits des "bienfaits du colonialisme". Il ne s’agit ni de conforter une soi-disant posture victimaire ni de réclamer une hypocrite repentance mais bien de rendre justice à ceux qui ont subi dans toute son horreur la violence raciste coloniale. Dans un contexte ou les nostalgiques du colonialisme s’affichent sans vergogne dans le débat public, ou les relents d’idéologies immondes empoisonnent le climat politique européen, il est plus que jamais nécessaire de faire toute la lumière sur les atrocités commises au nom de la Civilisation. C’est pour ces raisons et avant tout pour rendre hommage à toutes les victimes de l’oppression coloniale que la Fondation Frantz Fanon a signé cet appel

L’Autre 8 mai 1945

Il est impossible de célébrer les 70 ans de la victoire contre le fascisme sans la volonté d’arracher de l’oubli ce qui s’est passé en Algérie ce même 8 mai et les jours suivants.
Une manifestation pacifique à Sétif, Guelma, Khératta et la région a été réprimée dans le sang ;des dizaines de milliers de civils algériens ont été massacrés par la Police, la Gendarmerie, les milices armées par les autorités locales, l’Armée Française, agissant sur ordre de l’exécutif.
Amputer notre histoire commune par l’occultation de ce crime d’Etat est une négation du combat contre le colonialisme.
Le 14 avril 2015, un Collectif Unitaire pour la reconnaissance des crimes d’Etat de 1945 en Algérie (Sétif, Guelma, Kherrata) s’est constitué. Outre cette reconnaissance, il demande : l’ouverture de toutes les archives, l’inscription dans la mémoire nationale de ces événements par le biais de gestes forts des plus hautes autorités de l’Etat et un soutien à la diffusion des documentaires relatifs aux événements dans l’Education Nationale comme dans les média publics.
Après le vote à l’unanimité du conseil municipal de Paris demandant au chef de l’Etat de reconnaître ces massacres comme crimes d’Etat, nous appelons à un
Rassemblement unitaire le 8 mai 2015 à 15 h sur le parvis de l’Hôtel de Ville, à Paris, et devant toutes les mairies de France, car le geste symbolique du secrétaire d’Etat chargé des Anciens combattants et de la mémoire, J-M. Todeschini, à Sétif, demeure très en-deçà de ces revendications.

Contacts presse :
M’hamed Khaki : 06 12 63 63 69
Olivier Lecour Grandmaison : 06 14 83 21 20

Premiers Signataires :
Associations : 4acg (Anciens Appelés en Algérie et leurs amis Contre la Guerre), 17 octobre contre l’oubli, ACDA (Agir pour le changement et la démocratie en Algérie), ANPNPA (Association Nationale des Pieds Noirs Progressistes et leurs Amis), ARAC (Association Republicaine des Anciens Combattants), Association Culturelle les Oranges, Cercle de Résistance, Idle No More Kabylie, MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples), Fondation Frantz Fanon, PROMEMO (Provence Mémoire et Monde Ouvrier), Respaix Conscience Musulmane, Sortir du Colonialisme, UJFP (Union Juive Française pour la Paix), ...

Syndicats : CNT, Solidaires

Partis : Alternative Libertaire, Europe Ecologie les Verts, Ensemble, NPA, PCF, PCOF, Parti de Gauche...