Fondation Frantz Fanon

En défense d’Houria Bouteldja :

, par Mireille Fanon Mendes France

Depuis des semaines, voire des mois, Houria Bouteldja, porte-parole du Parti des indigènes de la République, est sous le feu des attaques de tous ceux qui défendent la prédominance de l’antiracisme moral et qui nient de facto aux racisés et racialisés le droit de se reconnaître et de s’exprimer par eux-mêmes, alors qu’une « Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine » (2015-2024) a été adoptée en 2016 par l’ONU avec Reconnaissance, Justice et Développement pour thème organisateur. (...)

Derniers articles

  • En Libye, nos frères vendus aux enchères

    Des africains subsahariens vendus en Libye, bien peu de réaction du monde politique français ! Pourtant la France a une lourde responsabilité dans le chaos installé durablement dans ce pays.
    Elle a réussi à faire adopter une résolution grâce à une interprétation abusive du droit international, ce qui a (...)

  • Tribunal permanent des peuples (TPP)

    Paris, 4 et 5 janvier 2018 Centre International de Culture Populaire, CICP, 21 ter rue Voltaire ; Paris 75011 Métro Boulets Montreuil ou Nation
    Le TPP a pour objectif d’identifier et de juger la chaîne de responsabilités sur la violation des droits humains tout au long des trajectoires (...)

  • Fanon aujourd’hui, penser l’humain

    La Fondation Frantz Fanon organise ses deuxièmes Rencontres Vendredi 8 décembre 2017, de 9 heures à 19 heures Salle des Fêtes de la Mairie du 14ème 12 rue Pierre Castagnou Paris 75014. M° : Mouton Duvernet, Denfert-Rochereau (Ligne 4) Bus : 28 | 38 | 58 | 68
    FORMULAIRE D’INVITATION : (Cliquez sur (...)

  • RENCONTRE AVEC SAMIR AMIN

    Un point fait aujourd’hui largement débat : faut-il soutenir ou au contraire rejeter la souveraineté nationale ? Pour Samir Amin, cette question de stratégie fait l’objet de gaves malentendus, tant que son contenu de classe n’est pas identifié.

    En effet, dans les sociétés capitalistes, le bloc social dominant conçoit toujours la souveraineté nationale comme un instrument pour promouvoir ses intérêts de classe. On comprend dès lors pourquoi le discours national faisant l’éloge des vertus de la souveraineté – tout en cachant les intérêts de classe qu’elle sert – a toujours été inacceptable pour tous ceux qui défendent les classes travailleuses.